Synthese personnelle n°1

Synthèse personnelle de

Arthur Bergeron :

Le chemin qui nous a amené à la problématique :

Pour ce Travail Personnel Encadré de l’année 2008/2009, j’ai choisi, avec mon collègue Alex Herrewyn, de travailler sur la Police Scientifique, et sur la fiabilité de leurs méthodes. Nous avions commencé les premières séances en partant dans le thème « Modèles/Modélisations », et nous voulions travailler sur le portrait robot exclusivement. Dés la deuxième séance, nous nous sommes aperçu que le sujet était trop concis, et qu’il y avait un manque d’informations.. Nous avons donc élargi notre sujet au profilage, tant physique (portrait robots), que psychologique (profilers). Lors du dépôt des problématiques, nous avions choisi « Le profilage, aide véritable ou gadget ? » ce qui nous amenait à nous intéresser à la police criminelle, et à la fiabilité de leurs méthodes de profilage. Avant le retour des problématiques, nous nous sommes une fois de plus aperçus que la documentation française sur ce sujet était très limitée, et quand le conseil nous a demandé de reformuler la problématique, nous avons décider de changer de thème pour aller vers « Avancées scientifiques et Réalisations Techniques » pour travailler sur la Police Scientifique, et la fiabilité de leurs méthodes en général.

         Apres de nombreux changements de décisions, nous sommes enfin entrés dans le vif du sujet. Nous avions parmi la vingtaine de sujets scientifiques traités par les laboratoires de la Police Scientifique, décidé de travailler sur 7 d’entre eux : l’autopsie, la balistique, les empreintes digitales, les empreintes génétiques, les incendies et explosions, les portraits robot, la toxicologie et les traces de sang, laissant de côté des sujet comme l’entomologie, l’anthropologie, la physico-chimie, etc.

 

Les difficultés rencontrées :

 

Mais là encore nous nous sommes retrouvés avec un manque d’informations, au CDI, comme en dehors du lycée. Le CDI, sur ce domaine, ne pouvais nous fournir qu’un seul magazine, et les laboratoires de l’INPS, comme ceux de l’IRCGN, ont refusé de répondre à nos questions,  de nous indiquer leurs méthodes car celles-ci sont tenues  secrètes, pour garder une longueur  d’avance sur les criminels. Ils nous ont en revanche fourni une brochette de sites qui pourraient nous renseigner, en plus des leurs. Ce manque d’informations, et aussi le manque de temps, nous a conduit à devoir retirer encore deux parties, et à ne pas nous occuper de l’incendie/explosion et de la toxicologie. Nous avons aussi dû nous séparer de la partie sur l’empreinte génétique et l’ADN, face à un manque de temps, car ce sujet était suffisamment large pour remplir un TPE à lui tout seul. Nous en parlerons donc simplement à l’oral, sans passer trop de temps non plus dessus.

        

Le travail en groupe :

 

Sinon, hormis ce manque d’information, l’expérience en groupe s’est très bien passé, et les TPE aussi. Nous nous sommes réparti le travail, et avons trouvé un moyen efficace de travailler, qui consiste à prendre chacun la moitié des paragraphes, en rédiger les grandes lignes, et ensuite la passer à l’autre, qui y rajoutera ses idées, corrigera, et complètera le cas échéant. Et ensuite, pour terminer, nous rédigeons ensemble la production finale, avec nos idées communes. Cette technique nous a permis de gagner du temps, car il suffisait de mettre ses idées, de passer à l’autre pour qu’il corrige, pour ensuite n’avoir plus qu’à rédiger et faire la mise en page.

Le bilan de ces TPE est donc plutôt positif.

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

© Copyright http://tpe-inps.e-monsite.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site